• week-end "nucléaire" au pays basque

     

     

     conférences, films, débats, manif

    11 mars 2011 : la catastrophe de Fukushima venait nous rappeler quels risques insensés nous fait courir l’énergie nucléaire. La zone contaminée par la radioactivité représente aujourd’hui 8 % de la superficie du Japon, soit la superficie de la Belgique !

    A moins de 200 kilomètres du Pays Basque nord, la centrale nucléaire de Garoña a été construite entre 1966 et 1970, soit à la même époque que celle de Fukushima, bien avant celle de Fessenheim.
    Le gouvernement espagnol veut prolonger son activité jusqu’en 2019 malgré son caractère totalement obsolète et de nombreux incidents.

    conférences, débats, films, manifs ce week-end

    Le dimanche 11 mars 2012 à Bayonne, une chaîne humaine exigera la sortie du nucléaire et l’arrêt immédiat de la centrale de Garoña. Les jours précédents, des conférences à Ainhice-Mongelos, Mouguerre, Saint Jean de Luz et Bayonne ouvriront le débat public sur l’énergie. Il sera bien sûr question de la sortie du nucléaire.

    Le drame de Fukushima l’a violemment imposée au Japon. Sur les 54 réacteurs en activité qui assuraient environ 30% de la fourniture électrique de ce pays, aujourd’hui 49 sont fermés ! Ce qui a été possible en quelques mois et sans aucune préparation là-bas ne le serait donc pas ici, en le planifiant sur plusieurs années ? On demande à voir…

    Mais au delà du nucléaire, d’autres dangers aussi graves planent sur nos têtes. La combustion du pétrole, du gaz ou du charbon nous font courir tout droit vers le basculement climatique, que certains pensent possible à l’horizon 2050. Alors est-il possible, avec les technologies actuelles, de sortir du nucléaire et en même temps de se passer de pétrole, de gaz et de charbon ? Oui, nous répondent les experts du scénario Negawatt en rajoutant que cette transition énergétique sera de surcroit créatrice d’emplois décentralisés sur tout le territoire, et porteuse d’une toute autre qualité de vie.

    De toutes façons, il faudra y venir car la fin du pétrole abondant et pas cher est imminente. Elle va bouleverser nos sociétés entièrement basées sur l’accés à une énergie bon marché (transports, agriculture, industrie, commerce, santé, loisirs, habitat, aménagement du territoire etc.) Les générations actuelles vivront dans un monde radicalement différent de celui de leurs parents et de leurs grands parents. L’adaptation sera d’autant moins difficile que les personnes et les territoires auront commencé à préparer cette transition le plus tôt possible, nous expliqueront Patrick Baronnet et Benoit Thévard. Quelques jours pour réflechir et préparer un avenir meilleur, telle est notre contribution, à la fois ambitieuse et modeste, à la commémoration de ce premier anniversaire du drame de Fukushima.   


      Jeudi 8 mars à 20H30 à Ainhice-Mongelos :
    « Un avenir sans pétrole ? »


        Vendredi 9 mars à 20H00 à Mouguerre :
    « Une maison autonome, c’est possible ? »


        Samedi 10 mars à 10H00 à Saint Jean de Luz : « Le scénario Negawatt, qu’est-ce que c’est ? »

        Samedi 10 mars à 19H00 à Bayonne :
    « Le nucléaire, une névrose française ? »


     
    Conférences organisées par Bizi !
    et la Fondation Manu Robles-Arangiz (+ Euskal Herriko Laborantza Ganbara le 8 mars à Ainhice-Mongelos, et l’Atalante le 10 mars à Bayonne).

    Entrée libre à toutes les conférences.


    Renseignements et inscriptions (sauf soirée Atalante) à info@bizimugi.eu ou au 05 59 25 65 52
    (Nombre de places limité à la conférence Negawatt, inscription fortement conseillée !).

     Chaine humaine le 11 mars à Bayonne

    lisez le programme : l'humain d'abord !