• murs murent...



    Rouge Seignanx, les valeurs de notre démocratie
    Aujourd'hui : la liberté d'expression

     

    Entendu le long d'un comptoir à la forte odeur de houblon :
    « Nos valeurs existent que si on se donne la peine de les pratiquer. Si t'es pas d'accord, demande à ton gosse. »

     Les « murs murent.... »

     Désert de la campagne, désert de nos villages urbanisés,

    A qui sont tous ces véhicules bien rangés entre leurs lignes blanches ?

    Désert blafard des villes grandes et petites.

    "Un désert doit rester propre" dit le chameau au scorpion.
    Soit....
    Mais que se passe-t-il malgré tout ?

    Qui sont ces étranges créatures à deux pattes qui colorent certaines enceintes verticales ? Sont-ils plus dangereux que ces créatures à quatre pattes qui colorent les surfaces horizontales, de matières aux bruns peu engageants.

    Où se cachent-ils ?
    L'enquête suit son cours.

    Du tag rebelle à l'obscénité gravée dans les toilettes, l'espace d'expression semblait grand à la fin du siècle dernier.

    Pourtant....Le tag a été apprivoisé et payé maintenant par nos impôts dans le cadre du 1% culturel (s'il est appliqué) ou par des marques qui créent des sous emplois en Chine à la grande satisfaction de nos fuyards nationaux de l'impôt, et l'obscénité ne se voit plus qu'à la télé parce que cela rapporte (c'est pratique, on peut laver l'écran....)..

     Le désert de la rue est souverain. Mais que se passe-t-il donc alors ?

     En février contre toute attente, le mur de l'ancienne école communale des garçons du bourg de Saint Martin de Seignanx (groupe scolaire jean Jaurès, cela ne s'invente pas !!!) s'est vu se faire recouvrir par un magistral « Mélenchon présidons » « la France est derrière toi », d'un vert qui sentait bon le printemps. Au fil des mois, peu à peu, des slogans d'expression humaine, teintés d'une certaine ironie retenue, ont créé une ambiance rafraîchissante dans ce bourg si.... désert.

    Du fond de mon frigo, je ne peux que me satisfaire de la durée de vie qu'à pu bénéficier cet amoncèlement d'expressions (Saint Martin de Seignanx : une commune qui comprend le besoin d'expression de ces électeurs ?, Louons-le si l'espace est maintenu et entretenu dans cet esprit, Jean Jaurès serait sûrement content, lui qui fut si salement assassiné pour avoir utilisé cette si élémentaire liberté d'expression).

    Ma satisfaction s'arrête là, car ce lieu-évènement est devenu par chez nous une denrée plus rare que les edelweiss en avril autour du lac de Soustons.

     Le désert est-il donc habité ?
    « Oui » diront les chasseurs de bulletins électoraux et les planificateurs de la pensée en rond.
    Par des créatures qui pensent, seuls, et qui donc font de la politique...au sens large ?

     Ah non, non ceux-là on n'en veut pas....
    Dans mmmma euh notre mairie, mmmma euh notre communauté de communes, les contraintes si multiples pour améliorer les infrastructures et perenniser mon élection euh excusez-moi perenniser les actions entreprises, nous amène à me, euh non, à privilégier l'ensemble de la communauté,c'est à dire l'ensemble des citoyens, nous, tous, moi, euh nous, vous comprennez...

    mais l'ensemble des citoyens c'est quoi alors ?
    ... une palombe passe... car les anges par ici....

    Le confort de la vie à la campagne, baigné dans une consommation à outrance ne suffit donc plus à ces citoyens-créatures. Que leur manque-t-il donc bon dieu?
    La télé ne fait pas son boulot ou quoi ?

     

    murs murent...


     Un début de réponse est-il apporté peut être par le manquement de la grande majorité des collectivités locales qui bafouent gentiment la loi ?
    Pour s'en récupérer tous les avantages.

     « Facile..., ça c'est facile : attaquer des gens qui prennent des responsabilités.
    Je voudrais vous y voir vous... »
    « Quand tu veux mon gars... » pourrais-je répondre.

    Mais attention là, cela peut énerver certains qui pensent que leur cul sur une chaise est plus important que le cerveau et les yeux de ceux qui le regardent..

     Essayons d'analyser ce qui se passe vraiment...
    Dépenser l'impôt pour se faire de l'auto promotion ou seulement la promotion de la collectivité contrôlée, au détriment de quelques moyens necessaires au droit d'expression de celui qui donne l'argent pour faire marcher la boutique, n'est ce pas se foutre ouvertement de sa gueule ?

    Oui, je crois franchement que j'arriverais à pratiquer cette politique même en dormant....

    Et nous serions de plus une multitude à le faire, si on se laissait aller à oublier que parfois, dans l'histoire, on a parfois bien fait avancer l'humanité par ici,
    Ces bottes molles et rampantes, dont le bruit commence vraiment à nous chauffer les oreilles de ci, de là ne sont toujours pas équipées d'un gps cervical et restent bien vitrifiées par des propos qui avaient le chic de vraiment foutre en rogne nos grands pères et pères, vous savez ? ceux dont le nom est souvent gravé et la chemise mouillée...

     Ce genre de manie qu'ont toutes les communes à vouloir remporter le prix de Legoland lobotomisé, rend peu crédible le rôle d'élu. Et je ne crois pas être le seul à me rendre compte que rétablir ce droit élémentaire d'expression n'est pas le bout du monde.
    C'est vrai censurer c'est comme mettre un baillon sur la bouche d'un esclave pour ne pas l'entendre gémir de ses chaines, mais qu'en est-il de couper directement sa langue à la naissance pour l'empêcher à jamais de parler, crier, pleurer ou de rire ?

    Avoir des esclaves n'est rien, mais ce qui est intolérable, c'est d'avoir des esclaves en les appelant des citoyens. Denis Diderot – présentateur d'idées sur la chaîne « Ancien Régime » (1700 et des poussières...)

    Doit-on attacher les bras de son enfant à la maison, pour qu'il arrête d'essayer ses nouveaux feutres sur le papier peint trop « in » acheté à crédit, qui n'était (hélas) pas en promo à Leroy Merlin ?

     Quid donc du manque total d'expression et d'affichage des citoyens, gentiment détourné par un incessant remplacement de panneaux communaux, toujours dédiés à la commune, qui se laisse le droit supplémentaire de censurer ou non les informations qui s'y trouvent. (articles....)
    Quid des innombrables annonces publicitaires tapageuses qui sulfatent tous les coins de chemins, bafouant également toutes les règlementations en vigueur (articles....), alors qu'il devient si difficile d'exprimer sa simple réalité de citoyen dans cette soi-disante démocratie ? (expression, affichage)
    Tout le monde n'a pas la chance de pouvoir être interrogé sur l'influence de la raideur de la verge de dsk (même henri 4, on ne lui a pas demandé...pourtant,il était bien placé le vert-galant local!) sur les ravages du fmi en europe pour devenir un citoyen français à part entière !

     Avant de se faire avaler par quelque bouche simplement gourmande, le magret masqué vous invite à le rejoindre dans l'amplification de cette râlerie.

     En ps, (rien à voir avec les « primes èrrent »), devant cette oligarchie d'avocats ratés qui commencent à croire que leur langue leur donne le pouvoir, il va être créé une caisse de soutien pour se défendre de toutes les embrouilles juridico-policières que ces baveux créent pour masquer tous leurs manquements (quand ils sont aux affaires) aux droits fondamentaux d'expression et de défense du citoyen.

    Bien entendu, xénophobes et franchouillards misanthropes de tous bords s'abstenir (on vous y aidera de toute façon).
    Des espaces publics d'expression dans toutes les communes de France, de suite et maintenant!!

    Magret Masqué