• fertiladour : la mort rode...


    --La mort invisible : 

     Port de Bayonne : Mort de Gérard Puyau à Fertiladour : un collègue sort de son silence

     Rédaction eitb  27/02/2012

     Sur sollicitation du Comité de soutien des Victimes de Fertiladour, Christian Dicharry, ancien collègue de Gérard Puyau, a accepté de décrire face à une caméra sa vision de Fertiladour.

    Les proches de Gérard Puyau, rassemblés devant l'usine Fertiladour du Boucau.

    la suite de l'article ici


    --On embaume le corps :


    "Dans le port": Extrait Maquillage terres... par yallah-yallah

    Extrait du documentaire "Dans le Port, on nous dit que tout est bon", réalisé par Yallah Yallah Productions, qui confronte la communication des élus et des industriels du Port de Bayonne (Pays Basque nord) aux alertes et constats des associations de défense...


    -- Le cimetière est juste à côté :

    Décharge mystère.....à Saint Martin de Seignanx


    Décharge mystère par aloes-boucau


    -- Et tout ceci a une histoire :

    Quand Fertiladour se fournissait auprès de l'armée américaine

    Ramuntxo Garbisu - 09/11/2010 | eitb.com |

    En 1974, 1.500 tonnes de monazite radioactive d'un site contaminé de l'armée américaine y furent livrées, où l'on trouve encore aujourd'hui des minerais qui interrogent les scientifiques de l'ACRO.


    Fertiladour US Army 

    Un document de l'armée américaine désigne Fertiladour comme destinataire d'un lot contaminé (EITB)

    La réalité historique de la contamination radioactive de l'ancienne usine Fertiladour du Boucau (Port de Bayonne) ne se trouve pas cernée dans les documents officiels de cessation de son activité, répétons-le une fois encore, mais peut parfois trouver sa source dans un étonnant document de la Commission de l'Energie Atomique de l'armée américaine, datée du 4 juin 1974.

    A cette date, cette officine du Congrès américain se débarrassait officiellement de 1.500 tonnes de monazite, naturellement riche en thorium, après que ce minerai à radioactivité naturelle ait contaminé une partie de l'usine d'armements de Ravenna, dans l'Ohio, spécialisée dans la fabrication de missiles sol-sol après la seconde guerre mondiale.

    Son client, mentionné dans le dossier "Destruction of strategic and critical material", s'avère être l'usine de Fertiladour, qui, à cette période, vient tout juste de commencer ses années de broyage de la monazite (de 1973 à 1992).

    Plonger dans les détails de cette fourniture permet de mieux comprendre la logique d'un industriel qui ne s'est jamais embarrassé de préserver l'environnement ou les salariés de son usine face à son seul désir d'enrichissement.

    Encore aujourd'hui, la virulence radioactive constatée des terres contaminées interroge les scientifiques de l'ACRO, intervenus en juillet 2010 sur le site pour une contre-étude particulièrement contradictoire avec les affirmations officielles, et qualifiée "d'accablante" par les élus d'Europe-Ecologie qui en ont dévoilé les grandes lignes le 3 novembre dernier.

    L'examen d'un lot particulier de minerai originel, non traité et trouvé sur le site en 1992 , est encore plus problématique : pour l'ACRO, il n'est pas simple d'écarter l'hypothèse d'une forme particulière d'uranium, en l'occurrence de l'uranium appauvri, utilisé par les militaires pour des armes non conventionnelles.

     

    Fertiladour : avec les révélations, les réactions enchaînent

    Rédaction 09/11/2010 Eitb.com
    La contre-étude menéepar le laboratoire indépendant de l'ACRO a confirmé l'état "accablant" des terrains de cette ancienne usine du ort de Bayonne, et provoqué de nouvelles découvertes
    Boucau gagnerait sans doute à se débarasser de la "publicité" faite par l'usine Fertiladour (EITB)

    La contre-étude du laboratoire indépendant de l'ACRO, demandée par la Région Aquitaine, des terrains de l'ancienne usine Fertiladourde Boucau, dans la zone portuaire de Bayonne (Pays Basque nord), a apporté son lot de constats alarmants sur l'étendue de sa pollution radioactive, qui ne sont des surprises que pour ceux qui l'ont niée par principe.

    Depuis 1997, et l'alerte publique donnée par le CADE, la contamination de cette unité de broyage de monazite riche en thorium de la société Agriva était qualifiée jusqu'à peu traitée en termes de "traces de radioactivités naturelles", une figure de rhétorique qui n'a plus cours désormais.

    Réalisée à l'été 2010, la contre-étude aura eu pour effet immédiat de stopper l'opération d'acquisition par la Région de ses terrains "bord à quai" de l'espace industrialo-portuaire de l'Adour.

    C'est avec une certaine constance que la rédaction d'eitb.com a choisi de relayer les alertes lancées par les associations locales, dans la mesure où nous avons pu constater in situ leur véracité.

    L'enchaînement des diverses indulgences dont a bénéficié l'industriel pour arriver à la finalisation d'un dossier de cessation d'activités a fait intervenir un grand nombre d'intervenants, qu'ils soient fonctionnaires de l'Etat ou agents assermentés de la Région.

    L'existence d'un "cabinet noir" nous a semblé la formule la plus juste pour qualifier un état d'esprit général qui a accordé plus d'attention aux affirmations de la direction de Fertiladour qu'à celles des collectifs de défense de l'environnement.

    Dans le concert de récriminations qui s'en est suivi, la Région Aquitaine a choisi pour l'instant de réfuter un quelconque travail souterrain.

    Nos lecteurs trouveront dans ce sommaire régulièrement réactualisé de quoi se forger leurs propres opinions.


    7 septembre 2010 : ''La vérité sur Fertiladour, autant ensevelie que sa radioactivité''

    7 septembre 2010 : L'Aquitaine n'achètera pas Fertiladour, et reprend le dossier à zéro

    13 septembre 2010 : Boucau : le PS fait siennes les questions sans réponses sur Fertiladour

    15 septembre 2010 : La Préfecture dénonce une polémique ''outrancière et inacceptable''

    17 septembre 2010 : La ligne de défense de Fertiladour est ébranlée par la contre-étude

    27 septembre 2010 : Port de Bayonne : la CCI fustige la ''mode'' des études indépendantes

    6 octobre 2010 : Fertiladour : le Canard Enchainé n'y passera pas ses vacances

    3 novembre 2010 : Fertiladour : Europe Ecologie dévoile une contre-étude accablante

    4 novembre 2010 : Fertiladour signe l'échec d'un ''cabinet noir'' de la Région Aquitaine

    6 novembre 2010 : Fertiladour : l'Aquitaine réfute la notion de "cabinet noir"


    Retrouvez les principales informations et caractérisations du dossier Fertiladour sur notre page : "Radioactivité : Fertiladour restera le cauchemar des autruches" (9 juillet 2010)
      
     

    Fertiladour signe l'échec d'un ''cabinet noir'' de la Région Aquitaine

    Masquages, collusions pour protéger l'industriel de la règle "pollueur-payeur" : un scandale local qui en dit long sur les grandes "paresses" qui entourent la question environnementale. Alain Rousset, président du Conseil Régional, sous la pression des élus Europe Ecologie, semble avoir compris les manipulations souterraines de cette affaire qui empoisonne la vie locale.

    Il serait juste que les salariés contaminés et grièvement malades soient enfin reconnus comme victimes d'une industrie sans foi ni loi et des collusions des responsables industriels et administratifs.

    De toute façon, ne négligez pas votre curiosité, les liens et sources présents dans cette page sont là pour ça. Il y a urgence à surveiller de très près toute cette affaire..